Le titre a cassé

Le titre a cassé sa droite de tendance baissière. Un signal d’achat de type 5 est possible (point 1). La stratégie consiste à acheter sur dépassement du seuil de 14,98 euros. L’objectif de gains est fixé à 16,62 euros et le stop de pertes à 14,23 euros.
Je suis exécuté dès le lendemain. Le titre passe tout le mois de juin à monter alors que le CAC 40 descend… Le dernier jour de mon test, l’objectif de gains est atteint. C’est là encore une belle preuve de réussite que cette opération. Je vais d’ailleurs en tirer de nombreuses améliorations exposées dans les chapitres suivants. J’encaisse 10,5% de gains nets le 29 juin.
Bull est en tendance baissière depuis de nombreux trimestres. Il construit l’une des configurations graphiques les plus pertinentes : cette stabilisation légèrement haussière dans le sens inverse de la tendance long terme. Je me mets donc à surveiller un signal de type 1 qui viendrait casser la droite de tendance.
Quelques séances plus tard, c’est le break attendu. Je suis vendeur à 2,66 euros. L’objectif à la baisse est 2,36 euros et le stop de rachat à 2,79 euros. Le 14 juin, j’encaisse 10,5% net de gains. Les signaux vendeurs gagnent désormais de l’argent. Ca paraît presque irréel de voir les intervenants dans les banques se creuser la tête afin de comprendre l’évolution des marchés alors qu’il suffit de se concentrer sur quelques situations répétitives pour tirer de solides profits. ... voir le plus

Le titre

Encore un signal vendeur. Aïe danger ! Il a pourtant l’air sympathique celui-là. Je décide de miser sur un signal de type 3 ou 4 avec la gestion de la position habituelle. Rien de tel qu’une répétition mécanique pour espérer gagner.
Je me retrouve vendeur à 38 euros le 31 mai. Ensuite, en quelques séances, le titre dégringole. C’est le pied. Je viens enfin de réussir une opération vendeuse. Le 12 juin, je solde à 33,82 euros, ramassant 10,5% net de courtages. Une première conclusion avant le débriefing du chapitre suivant, c’est qu’il ne faut jamais douter de la loi du hasard qui repose sur l’efficience des marchés. Une configuration graphique a naturellement une chance sur deux de réussir et d’échouer. En démarrant par plusieurs échecs, rapidement ensuite, un gain se manifestera et compensera les pertes Continue reading

Just another WordPress site